Comprendre les travaux

Phase n°1 : Les travaux de dévoiement de réseaux et les travaux préparatoires

  • Les travaux concessionnaires

Menés par les concessionnaires des réseaux d’électricité, d’eau, d’assainissement, de gaz ou encore de télécommunications, ils ont pour but de déplacer les réseaux situés à l’emplacement de la future plateforme du tramway et de ses stations. Cela permettra, par la suite, non seulement l’installation des rails, des stations et des câbles, mais aussi des circuits électriques, et de garantir l’accès et l’entretien des réseaux sans perturber la circulation du tram T12.

  • Les travaux préparatoires

D’autres travaux, dits “préparatoires”, sont également obligatoires avant de commencer les travaux d’infrastructure : acquisitions foncières, démolitions de bâtiments, défrichements, aménagements provisoires de la voirie, mise en place de feux tricolores temporaires dans certains secteurs. Les maîtres d’ouvrage en assurent la réalisation.

 

Phase n°2 : Les travaux d’infrastructure

Elle comprend tous les travaux nécessaires à la réalisation de la ligne du tram et aux aménagements urbains :

  • adaptation des voies et des stations sur le RER C entre Massy et Petit Vaux au passage du tram T12 ;
  • réalisation de la plateforme et du système de transport entre Épinay-sur-Orge et Évry-Courcouronnes ;
  • construction des ponts permettant le passage du tram T12 ;
  • pose de la voie ferrée : les rails seront posés sur la plateforme ;
  • installation des lignes aériennes de contact qui permettront d’alimenter le tram T12 en électricité ;
  • aménagement et équipement des stations : des distributeurs de titres de transport et des équipements (écrans d’informations voyageurs, bancs, poubelles) seront installés dans les stations ;
  • plantation d’arbres et autres végétaux autour de la plateforme ;
  • aménagements urbains.

Les travaux d’infrastructure comprennent également la création de l’atelier-garage situé sur Massy et Palaiseau.

Phase n°3 : Les essais et marche à blanc

Il faut d’abord procéder à « la mise sous tension » des lignes aériennes de contact (LAC) qui vont alimenter les tramways par un courant continu de 750 volts. Puis pour tester les infrastructures du tram T12, les essais statiques puis dynamiques permettent de vérifier que tous les éléments techniques fonctionnent et que les performances sont celles attendues. Les rames circuleront sans voyageurs en s’arrêtant en stations et les dispositifs d’alimentation électrique, de montée en vitesse et de freinage seront testés. Pendant cette étape, les rames circuleront à une vitesse moyenne de 20 km/h.

Pendant la marche à blanc, les circulations se font en conditions réelles d’exploitation (mais sans passagers) afin de s’assurer du bon fonctionnement de la ligne et de sa sécurité. Cela permettra également de former les nouveaux conducteurs.

T12_Ris-Orangis6_20180625
Personnaliser les cookies

Nous avons recours à l'utilisation de traceurs statistiques afin de suivre et d’améliorer la qualité du site. Conformément à la règlementation en vigueur, ces données récoltées sont anonymisées. Vous pouvez accepter l'utilisation de ces traceurs en cochant les cases correspondantes ou les bloquer en les décochant.